Retour sur le Carrefour du tourisme social et solidaire 2016

par a.wittersheim@u...
0 commentaire
AVMA Carrefour du tourisme social et solidaire 2016

La seconde édition du carrefour du tourisme social et solidaire s’est tenue le 1er décembre 2016, à Vogüé, en Ardèche. Organisé par l’association de vacances de la mutualité agricole (AVMA), il a réuni une quarantaine d’acteurs du secteur. Objectif : partager et échanger sur les différentes politiques et actions menées, pour mieux utiliser les vacances comme outil de protection sociale.

« Sortir d’une lecture économique »

Tisser du lien, souffler… Les vacances offrent un cadre idéal pour tenter de répondre à des problématiques familiales compliquées ou sortir de l’isolement. Encore faut-il pouvoir y arriver : 40 % des Français ne partent toujours pas en été, dont les deux tiers pour des raisons financières. Certaines familles ne sont même jamais parties, ce qui peut entraîner une « déshabitude » des vacances, en ne s’autorisant pas à en rêver. Un défi que tentent de relever tous les jours les organismes de tourisme social à travers leurs diverses actions.

Présents autour de la table : Saskia Cousin est anthropologue, maître de conférences et coauteure de Sociologie du tourisme mais également la CAF de la Loire, la Carsat Rhône-Alpes, lMSA Ardèche Drôme Loire, venues témoigner des aides et dispositifs mis en place pour faciliter le départ en vacances du plus grand nombre.

Partage d’expériences

L’organisatrice du carrefour n’est pas en reste : l’AVMA fourmille de projets et de réflexions, dans une politique sociale en mutation permanente. Dernier en date : « Part’âge », des vacances intergénérationnelles entre des résidents du réseau Marpa et des jeunes en formation d’aide à la personne au sein des MFR. Lancés en juin 2016, une quinzaine de séjours sont en construction.

Dans le thème du handicap, le bilan est positif pour le projet « Des vacances pour les aidants », lancé en 2015 au domaine de Pyrène, à Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées, et étendu aux villages de la Châtaigneraie, dans le Cantal, et Lou Capitelle en 2016.

L’association tente, parallèlement, de redonner un coup de fouet aux colonies de vacances et en lançant, à l’été 2016, un nouveau modèle, « My Colo’ », pour redynamiser le secteur. Les villages vacances de Cabourg dans le Calvados et de Beg Porz dans le Finistère accueillent, dans le cadre d’un programme pédagogique et dans des locaux réadaptés, des groupes de jeunes, pour une durée de quinze jours. Ils proposent de nouvelles activités, comme le surf ou la plongée. Plusieurs axes de travail ont été définis : le développement des réseaux sociaux, l’identification de l’offre sur les territoires, ainsi qu’une réflexion sur le mécénat, voire l’organisation de visites destinées aux parents.

Retrouver plus d'informations sur cet événément sur la page : www.lebimsa.fr/un-tourisme-qui-ne-prend-pas-de-vacances  et www.lebimsa.fr/une-approche-sociologique

S'impliquer dans l'UNAT