Les Français et les vacances : quelles inégalités ?

Enquête  

Les Français et les vacances : quelles inégalités ?

Jérôme Fourquet, David Nguyen & Simon Thirot

 

 

Dès 1936, les vacances ont été rendues plus accessibles aux catégories sociales les plus modestes. Plus de 80 ans après, et alors que deux tiers des Français déclarent être partis en vacances en 2018, la Fondation Jean-Jaurès et l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (UNAT) ont réalisé une étude avec l’Ifop pour mieux cerner les attentes des Français.

 

Les vacances, une pratique largement valorisée par les Français

 

-          Les vacances ont deux dimensions principales aux yeux : le repos (35%) et la découverte (31%). Le « temps consacré à la sa famille et ses amis » arrive en 3e position (29%)

 

-           Les Français associent à 95% des sentiments positifs vis-à-vis des vacances, seuls 5% évoquent « un moment ennuyeux »

 

-          Pourtant, au cours des 5 dernières années, deux tiers des Français déclarent avoir été contraints de renoncer à partir en vacances pour des raisons financières. Ce renoncement constitue la norme dans les milieux modestes et pauvres (50%), est presque majoritaire (48%) au sein de la classe moyenne inférieure, tandis qu’il est minoritaire (21%) parmi les classes moyennes supérieures.

 

Les effets de la montée en gamme de l’offre touristique

 

-          Les campings ont un parc composé à près de 30% par des bungalows et mobil-homes, structures plus onéreuses que le terrain nu.

 

-          Les colonies de vacances sont également en perte de vitesse : alors que 66% des 65 ans et plus déclarent être partis au moins une fois en colonie de vacances durant leur enfance, le taux tombe à 53% pour les 18-34 ans.

 

-          Les raisons évoquées pour la baisse de fréquentation des colonies sont le refus des enfants (30%), le coût des colonies (23%) et la crainte de voir ses enfants exposés à de « mauvaises fréquentations ou des agressions » (13%)

 

-          37% des parents d’enfants scolarisés envoient leurs progénitures dans des « mini-camps » ou « stages découvertes ou thématiques » contre 27% dans des colonies de vacances classiques.

 

 

La note est accessible en ligne sur le site de la Fondation Jean-Jaurès.

 

Jérôme Fourquet, David Nguyen, directeur et directeur conseil du pôle « Opinion et stratégies d’entreprise » de l’Ifop & Simon Thirot, délégué général de l’UNAT

sont disponibles pour toute demande d’entretien.

 

 

Sommaire :

I – Les vacances : une pratique largement valorisée par les Français

II – Repos ou découverte : des conceptions différentes des vacances selon les catégories sociales

III – Des clivages sociaux profonds dans l’accès aux vacances

IV – Les publics se reconnaissant dans les « gilets jaunes », davantage victimes d’un moindre accès aux vacances

V – L’effet pervers de la montée en gamme de l’offre touristique sur les catégories populaires et le bas de la classe moyenne

VI – Des clivages confirmés dans le rapport aux colonies de vacances, en perte de vitesse

 

Aller plus loin...

S'impliquer dans l'UNAT